De Cochabamba à Samaïpata (par la Valle del Alto)

post-img

Le départ de Sajama pique un peu les yeux car le seul van part à 6h (et il faut y être à 5h30 pour être sûr d’avoir une place)

Et on enchaine:

Patacamaya – Oruro (grand taxi)

Oruro – Cochabamba (bus)

La route tourne pas mal et elle est en travaux donc ça secoue mais la vue est belle pour faire passer le temps.

Notre chauffeur fait un peu le fou. Ici bus, taxi, enfin tous se prennent pour des pilotes alors qu’ils ont des véhicules pas en super forme. Pour certains dans les petits villages, c’est même pas sûr qu’ils aient le permis. Bref! La Bolivie 😄

On tourne un peu dans les rues en arrivant pour trouver un logement. L’ambiance et l’architecture sont différentes des autres villes boliviennes. On se croirait en Espagne.

Notre petite auberge est au top. Dans une cours intérieure avec jardin, cuisine en libre service et petite terrasse pour manger dehors. Parfait!!!

C’est le week-end, samedi les gens sont dehors et c’est jour de marché. Immense souk qui vend tout et n’importe quoi.

Un peu de sport pour acheter son raisin en courant derrière la vendeuse en camionnette.

C’est journée tranquille: aller manger au marché et flâner dans les rues.

Cochabamba aussi a son Christ sur la colline qui surplombe la ville. C’est notre petite balade du dimanche.

Nous partons pour les petits villages alentours sans trop de plans, sans savoir où l’on va atterrir.

Nous passons par Tarata, petit village colonial où seraient nés plusieurs présidents boliviens.

Il fait bon y rester mais pas de logement pour ce soir.

Nous continuons quelques kilomètres plus loin à Punata qui a beaucoup moins de charme mais tant pis. Nous n’avons pas envie d’aller plus loin même si nous n’avons fait qu’une 50aine de km.

Nous avions demandé hier aux chauffeurs de taxi si il y avait des transports pour se rapprocher petit à petit de notre but; pour eux ils faut obligatoirement rebrousser chemin jusqu’à Cochabamba. NON! Pas Demi-tour. Du coup, nous tentons d’attendre un moyen de transport sur le bord de la route principale.

Il fait bien humide avec le petit crachin mais par chance un mini-van pour Totora (notre destination du jour) passe avec juste 2 places pour nous 😃…seulement 10min d’attente. Verdict: ne pas écouter les chauffeurs de taxi!

Arrivés à Totora, le ciel est encore plus bas. Il fait bien humide et la pluie ne tarde pas.

Par contre il ne fait pas beau mais l’accueil des gens est superbe. À peine assis sur un banc pour réfléchir à où on va, que des papis viennent nous taper la causette. Sympa!!

Pas beaucoup d’endroit pour dormir dans ces petits villages…la chambre trouvée n’est pas super super mais fera l’affaire pour cette nuit.

Une petite accalmie nous laisse juste le temps de faire quelques pas dans les alentours sous les eucalyptus.

Que faire? Rester un peu ici où continuer la route…la météo du matin nous décide vite. Brouillard et pluie. On continue!

Donc retour sur le bord de la route pour attendre un bus ou autre et encore la carte chance car un bus pour Samaipata arrive après même pas 10 min d’attente.

Il y a 250km à faire et nous ne pensions pas mettre autant de temps. 7h et des poussières sur une route en pleine rénovation: alternance de gadoue, piste de terre et joli goudron.

La Bolivie entreprend de grands travaux un peu partout pour goudronner les routes.

Nous arrivons à Samaipata avec un petit mal de fesses!

C’est un petit village bien paisible où il y a un mix de boliviens et d’étrangers. Beaucoup d’européens sont venus s’installer ici.

On a trouvé un endroit calme un peu à l’écart du centre du village avec une belle cuisine et un grand jardin…juste nos critères (et pas cher en plus)

Ici nous avons vraiment pris le temps de nous poser. Nous restons une semaine avec alternance entre lecture, petites balades et reapprentissage du macramé.

– Balade et visite du “Fuerte”

– Balade à “Las Cuevas”. Cascades avec plages de sable où il y a de superbes papillons.

L’ambiance est tranquille et en plus on peut bien manger pour pas cher et trouver du vraiment pain nourrissant et pas sec…la bouffe en Bolivie quand tu ne manges pas de viande c’est triste!! Mais on a trouvé un petit vendeur de galettes de maïs et de manioc super bonnes:

Le temps est en plus idéal: chaud la journée et frais le soir…par contre attention au bestioles. J’en ai des boutons à gogo entre les moustiques et les araignées. En plus il y a un gros cafard et une petite grenouille qui s’invite tous les jours dans notre chambre…attention de bien secouer les draps avant de dormir!!!

Il est un peu dur de reprendre la route mais il est temps…petite pause à Santa Cruz de la Sierra (où il y a un petite ambiance plus Brésil). Ville sans grand intérêt où l’on croise pas mal de mennonites…assez étrange de croiser des gens habillés comme dans la petite maison dans la prairie…mais qui n’a pas grand intérêt que celui d’être une ville étape avant d’atterrir à Sucre.

Voilà! À la prochaine …

partage